Addis-Abeba : Lancement d’un appel à propositions pour la surveillance de l’environnement

Les Commissions de l’Union africaine et de l’Union européenne ont officiellement lancé, mardi à Addis-Abeba, un appel à propositions pour initiative de Surveillance mondiale pour l’environnement et la sécurité en Afrique et dans les États ACP (GMES Afrique).

Le lancement de cet appel à propositions a été donné par le Commissaire de l’UA chargé des Ressources humaines, de la Science et de la Technologie, Martial De-Paul Ikounga et le premier conseiller à la mission de l’UE auprès de l’UA, Thorsten clausing.

Née de la Déclaration de Maputo le 15 octobre 2006, l’initiative GMES œuvre au renforcement des capacités et au développement des infrastructures qui permettront aux utilisateurs africains de faire une exploitation intensive et cohérente des données, technologies et services d’observation de la Terre (depuis l’espace et in situ), contribuant à l’élaboration de politiques environnementales qui soient favorables au développement durable en Afrique et dans les États ACP.

L’objectif est de permettre aux décideurs africains, qu’ils interviennent au niveau national, régional ou continental, de disposer des données et des outils essentiels à la bonne mise en œuvre des politiques continentales, régionales, nationales ou locales de gestion durable de l’environnement en s’appuyant sur l’utilisation à grande échelle des technologies d’observation de la Terre.

Dotée d’un budget de 30 millions de dollars cofinancé par la CUA et la CUE, GMES se propose de développer, sur le continent africain, les capacités institutionnelles, humaines et techniques requises pour pouvoir exploiter à titre opérationnel les technologies, données, produits et services mis au point dans le cadre de GMES-Europe et les adapter aux besoins de l’Afrique.

Elle vise également à développer les techniques, produits et services susceptibles de servir au mieux les intérêts de l’Afrique et de répondre à ses besoins en termes de surveillance de l’environnement, en les adaptant le cas échéant au contexte institutionnel africain.

Les éléments nécessaires à la prestation de services d’observation de la Terre en Afrique seront déterminés en tenant particulièrement compte au cadre relatif au développement des capacités, au cadre politique et institutionnel et à celui relatif aux infrastructures.

Pour rappel, le cadre thématique de GMES Afrique, regroupent les domaines des catastrophes naturelles, de la sécurité alimentaire et développement rural, de la gestion durable des ressources naturelles, de la gestion des ressources en eau, de l’impact de la variabilité et du changement climatiques, des zones marines et côtières , des conflits et crises politiques et des infrastructures et développement territorial.

HA/APA

Leave a Comment

*