Angola: Isabel dos Santos accusée de détournement à Sonangol

Mardi 19 décembre, la compagnie publique pétrolière de l’Angola, Sonangol, a annoncé l’ouverture d’une enquête sur de possibles détournements de fonds d’Isabel dos Santos (photo), pendant qu’elle dirigeait l’entreprise, entre juin 2016 et novembre 2017. L’information a été rapportée par l’AFP qui précise que les détournements s’élèvent à plusieurs dizaines de millions d’euros.

D’après des informations fournies par le Novo Jornal et le Jornal Economico, le nouvel exécutif de la compagnie a identifié un transfert « suspect » de 57 millions d’euros vers un compte domicilié à Dubaï et des virements mensuels de 10 millions d’euros de la Sonangol vers le compte d’une entreprise portugaise dont elle est la propriétaire.

« Nous avons mis en place une commission d’enquête interne pour enquêter sur ces informations (…) mais je ne confirme rien pour le moment. », a déclaré Mateus Benza, le porte-parole de la compagnie.

De son côté, Isabel dos Santos rejette ces accusations et dénonce une campagne de diffamation. « Ces fausses informations  ne méritent aucun crédit puisqu’elles ont comme seule et unique motivation de remettre en cause l’intégrité de l’ingénieure Isabel dos Santos.», a-t-elle affirmé mercredi , sur son compte Twitter. 

 

Jeudi, dans une déclaration transmise à l’Agence Ecofin, Isabel dos Santos (photo), l’ancienne patronne de la Sonangol, a indiqué que le parquet du tribunal de Luanda n’a reçu aucune plainte pénale contre elle et qu’aucune procédure légale de quelque nature que ce soit n’a été lancée à son encontre. Ceci, contrairement à l’annonce faite la veille par la nouvelle direction de la Sonangol qui annonce l’ouverture d’une enquête pour examiner si oui ou non la responsable a détourné plusieurs millions d’euros pendant qu’elle dirigeait l’entreprise publique.

Par conséquent, la responsable affirme que les informations divulguées par la Sonangol sur de possibles détournements et vivement reprises par la presse locale et internationale sont « complètement fausses ».

Selon les journaux locaux, la Sonangol aurait identifié un transfert de 57 millions d’euros des comptes de la Sonangol vers ceux d’une compagnie contrôlée par l’ancienne patronne, à Dubaï. S’ajoutent aussi des virements mensuels de 10 millions d’euros vers les comptes d’une firme basée au Portugal, détenue également par Isabel dos Santos. Tout ceci, pendant qu’elle dirigeait la compagnie, entre juin 2016 et novembre 2017.

Il faut toutefois signaler que, mercredi, le porte-parole de la Sonangol, Mateus Benza, a précisé que l’enquête se mène en interne. Quoi qu’il en soit, les preuves des détournements évoqués devront être rapportées par la Sonangol. 

Une affaire qui va davantage dégrader les relations entre le clan présidentiel et la dynastie dos Santos qui a souffert de l’éviction de la responsable de la tête de la Sonangol comme de celle de plusieurs responsables proches de l’ancien régime. Isabel dos Santos est la fille de l’ancien président José Eduardo dos Santos et aussi la femme la plus riche du continent. Elle contrôle, à elle seule, un pan entier de l’économie angolaise, notamment dans les télécommunications, les services financiers, la distribution etc.

 

 

Leave a Comment

*