La BAD s’allie à l’IATA pour dynamiser le secteur de l’aviation en Afrique

L’Association Internationale du Transport Aérien (IATA) et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé un mémorandum d’accord afin d’établir un cadre de collaboration pour stimuler le secteur de l’aviation en Afrique. Le protocole d’accord a été signé mardi dernier à Abuja, au Nigeria, en marge du Forum mondial sur l’aviation, par le président de la banque panafricaine, Akinwumi Adesina et le directeur de l’IATA, Alexandre de Juniac.

Selon l’Agence Ecofin qui a livré l’information, dans ce cadre, les deux organisations s’engagent à créer et mettre en œuvre des programmes et des projets ainsi qu’une coopération technique pour le renforcement des capacités dans le secteur de l’aviation.

Les domaines prioritaires comprendront l’amélioration de la connectivité, de la sécurité et de l’infrastructure de l’aviation. « Le secteur de l’aviation est particulièrement important car il ouvre des portes aux investisseurs … Très peu investissent là où c’est difficile de voyager. C’est pourquoi la facilité d’accès par avion est fortement corrélée à la croissance économique. Nous devons rendre les marchés régionaux de l’aviation compétitifs, réduire les coûts, accroître l’efficacité et améliorer la connectivité et le confort.», a souligné Akinwumi Adesina.

L’industrie aéronautique en Afrique pèse actuellement 72,5 milliards $ et 6,8 millions d’emplois. Sur les 20 prochaines années, elle devrait croître de près de 6% par an.

« Cela crée des opportunités significatives. Mais atteindre ce potentiel ne sera pas le fruit du hasard. Des partenariats solides représentent la clé. Le protocole d’accord avec la BAD aidera à faciliter la croissance et le développement de l’industrie aéronautique en Afrique. Ce faisant, elle participera à la prospérité et améliorera le niveau de vie des populations dans les 54 pays du continent.», s’est réjoui l’ancien patron d’Air France-KLM.

Sur les dix dernières années, la BAD a injecté près de 1 milliard $ dans la construction et l’expansion de terminaux aéroportuaires, ainsi que dans la sécurité aérienne et le financement d’achats d’avions. Les autres interventions de la banque dans l’industrie aéronautique sont composées de subventions engagées pour le renforcement des capacités et des systèmes de coordination dans 25 pays et 69 aéroports. Ces dotations visent à faire passer le nombre d’aéroports conformes aux normes de sûreté et de sécurité internationales, de 3 à 20, d’ici 2019

Leave a Comment

*