Cache d’armes à Bouaké : Guillaume Soro favorable à l’ouverture d’une enquête

Alors que des interrogations et commentaires ont commencé à fuser de partout au sujet des armes lourdes retrouvées dans la résidence du directeur du protocole du président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, à Bouaké, ce dernier recommande la prudence : « J’ai été ministre de la Défense. De telles questions relèvent du secret-défense. Vous comprenez que je m’interdise tout commentaire. »

Concernant l’enquête ouverte par le gouvernement ivoirien pour clarifier cette affaire, Guillaume Soro a indiqué y être favorable. « En ce qui concerne l’enquête qui va être diligentée, je suis entièrement favorable et d’accord […] », a-t-il indiqué à la presse le 18 mai 2017. « J’ai vigoureusement recommandé à mon collaborateur de se mettre à la disposition des enquêteurs et je lui ai demandé de dire sur l’honneur et sa conscience ce qu’il sait pour contribuer à aider les enquêteurs à conclure ce dossier. Je peux vous assurer [qu’il] est clair dans ma tête [qu’il] devra, et tous ceux qui sont concernés, chacun assumera sa responsabilité. Donc, pour l’heure, je demande aux uns et aux autres de garder la sérénité pour que les enquêtes puissent se dérouler dans la sérénité. Je salue le retour à la Paix en Côte d’Ivoire. Je pense que c’est important que le pays retrouve la sérénité et le calme. J’ai déploré ce qui s’est passé avec ces journées folles que nous avons vécues en Côte d’Ivoire. », a-t-il déclaré.

Pour rappel, la résidence à Bouaké du directeur du protocole du président de l’Assemblée Nationale ivoirienne, Souleymane Kamagaté, connu sous le sobriquet de « Soul to Soul », a été la cible d’une attaque des hommes en armes lors de la mutinerie qui a éclaté le vendredi 12 mai en Côte d’Ivoire. D’après Fraternité Matin, au cours de cette mutinerie, le domicile de Soul To Soul « a été pillé » et dans la foulée, « une quantité d’armes et de munitions » y aurait été trouvée, citant plusieurs médias qui ont montré des photos de caissons vides. Pourtant, Soul to Soul n’y habite plus depuis 2004. D’après la presse locale, la demeure aurait été occupée jusqu’en 2012 par des soldats, avant de redevenir la résidence de la mère de Kamagaté.

Y a-t-il anguille sous roche ?

Face à cette énième attaque, Guillaume Soro, ancien ministre ivoirien de la Défense reste flegmatique, alors que ses adversaires affutent de plus en plus leurs armes. Ce qui n’a pas échappé à certains médias qui le voient comme la cible d’une enquête qui ne dit pas son nom et dont l’objectif semble inéluctable. Ses proches et sympathisants ne sont pourtant pas dupes. Pour eux, le « complot » contre Soro et ses collaborateurs est cousu de fil blanc.

Leave a Comment

*