CAF : Ahmad et Omari chez Dangote

Par JEANRIC UMANDE MWENGE

De bonnes perspectives se dessinent pour le football africain, dont le leadership  est allé rencontrer à Lagos, Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique. Ahmad Ahmad, le président de la Confédération Africaine de Football et son deuxième vice-président, Constant Omari ont évoqué développement du foot continental.

Rencontre cordiale lundi 25 septembre 2017 à Lagos, avec le patron des patrons africains.

Entouré de son staff dirigeant dans son bureau de Lagos, Aliko Dangote a été séduit par le projet Ahmad. Il va s’impliquer parce qu’il aime le foot. Un férus du ballon rond, qui a toujours ambitionné d’acheter le célèbre club anglais d’Arsenal.

Autant il peut investir en Angleterre, autant il peut consacrer des millions de dollars pour le développement du football africain. « Il n’hésitera pas de se jeter à l’eau s’il sent que l’organisation du football africain s’améliore et devient attractif », commente un journaliste sportif nigérian.

Et la démarche du duo Ahmad- Omari est claire. Convaincre Dangote à tourner également son regard vers le « sport-roi » du continent. « Une excellente séance de travail avec la délégation de la CAF conduite par le président Ahmad », s’est réjoui un des proches du baron.

Déjà que de réformes entamées par Ahmad présagent la professionnalisation du football africain. Mais pour réussir ce pari, il faut de gros moyens. Et les gros moyens, il faut les chercher partout. Dangote n’est qu’une première porte. D’autres vont s’ouvrir bientôt. Et le nouveau leadership du football africain qui a décidé de ramener le début des coupes d’Afrique interclubs au mois de septembre comme en Europe, lance déjà des signaux sur la mutation qui se prépare dans l’organisation des compétitions interclubs de la Confédération Africaine de football.

Et la patte de Constant Omari, le chargé de Marketing se fait sentir. « Homme moderne», l’expert travaille sur ce concept. Objectif, se rapproche petit à petit de l’Europe. Ahmad Ahmad reste confiant que l’Afrique peut bien consommer ses propres compétitions. Il suffit d’une très bonne organisation. Et pour cela, le nouveau comité mouille le maillot pour relever le défi. Et Dangote est d’accord.

Normal que l’avènement de Ahmad fait souffler un vent de changement à l’organe faîtier du football africain. « Il le fallait », a expliqué le dirigeant d’un grand club sud-africain.

 

Leave a Comment

*