Congo-Brazza: Le 7ème sommet de la CIRGL s’est penché sur la RDC et la RCA

Le 7e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la Conférence internationale sur la région des Grands-lacs (CIRGL) a pris fin hier 19 octobre 2017.

Ouvert jeudi 19 octobre à Brazzaville (République du Congo), les réflexions ont tourné autour du thème «accélérer la mise en œuvre du pacte en vue d’assurer la stabilité et le développement dans la région des Grands Lacs ».

La situation qui prévaut en RDC et en République centrafricaine (RCA) a été au centre des discussions de ce sommet. Les chefs d’Etats et de gouvernement de la CIRGL se sont aussi se penchés sur la situation au Burundi et au Soudan du sud. Le sommet a été précédé par des discussions entre experts et ministres des Affaires étrangères des douze Etats-membres de la CIRGL.
En octobre 2016, à l’issue d’une réunion à Luanda, les dirigeants des pays des Grands Lacs avaient appelé les Etats de la région et d’Afrique australe à «fournir des contingents supplémentaires» aux forces de l’ONU en  RDC, suite à la crise politique que traverse le pays. L’objectif était de «renforcer les opérations menées contre les forces négatives» en RDC, «en étroite collaboration» avec Kinshasa. Ces contingents n’ont pas encore été déployés.

La situation politique et sécuritaire en RDC reste « préoccupante« , a déclaré en ouverture le président du Congo-Brazzaville Denis Sassou Nguesso, préconisant sans plus de détail des « actions concertées et transfrontalières » en vue de « promouvoir de manière durable la paix » chez son grand voisin.

Sassou Nguesso accueillait plusieurs de ses homologues dont Joseph Kabila (RDC), le nouveau président angolais Joao Lourenço, Paul Kagame (Rwanda), Faustin-Archange Touadéra (Centrafrique) et Edgar Lungu (Zambie) pour ce sommet de la Conférence internationale pour la région des grands lacs (CIRGL).

Dans leur communiqué final, les chefs d’Etat ont encouragé la (Monusco) et la CIRGL à « accélérer le rapatriement au Rwanda des anciens combattants des FDLR » actuellement hébergés dans des camps de transit. Les FDLR sont l’une des nombreuses milices hutu actives dans l’est de la RDC.

Leave a Comment

*