Congo-Brazzaville: Unis pour la préservation de notre climat

Par ROSIE TSHANDA

Brazzaville, capitale de la République du Congo accueille depuis mardi 03 Octobre, la Conférence  extraordinaire des Ministres de l’environnement et des Finances de la CEEAC (Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale) et de la Communauté de l’Afrique de l’Est. Le but de cette rencontre est  de débattre de l’opérationnalisation de la Commission climat pour le Bassin du Congo, deuxième massif forestier et deuxième poumon écologique de la planète après l’Amazonie, du Fonds bleu pour le Bassin du Congo et du Fonds pour l’économie verte en Afrique centrale.

Une opérationnalisation de la Commission climat pour le Bassin du Congo qui s’avère capitale dans  la mise en œuvre de divers projets de protection de l’environnement et de développement des collectivités.

Mardi à l’ouverture de  cette Conférence, les experts qui préparent les documents devant être adoptés par les ministres, se sont penchés sur l’élaboration  d’une position commune pour les deux sous-régions à présenter lors de la COP23 prévue en novembre prochain à Bonn en Allemagne.

Pour Arlette Soudan-Nonault, ministre congolais en charge de l’environnement et présidente de la conférence, un consensus est primordial pour les deux sous-régions afin de défendre d’une seule voix la même cause lors de la rencontre de Novembre prochain.

Pour sa part, Guy Moussélé, président du Comité de pilotage des dons dédiés aux peuples autochtones dans la lutte contre les changements climatiques en zone CEEAC), a déploré le fait que plusieurs théories sont dites et moins d’actions envisagées depuis Rio 1992, en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Dans ses propos recueillis par Anadolu, il estime que le temps est désormais à l’évaluation et à l’action pour préserver l’environnement et accélérer le processus de la lutte contre le changement climatique.

Rappelons que c’est à l’occasion de la COP 22 de Marrakech que le président congolais Denis Sassou Nguesso a eu à lancer l’initiative du Fonds bleu pour le Bassin du Congo qui vise, entre autres, à développer des projets ayant un impact direct sur la vie des populations riveraines. C’est le cas des micro-barrages hydroélectriques.

En mars dernier au moins 12 pays d’Afrique centrale et de l’Est ont signé la Convention portant création de ce Fonds qui recherche désormais des financements auprès des bailleurs pour son opérationnalisation. Des initiatives de l’Afrique centrale et de l’Afrique de l’es qui ne visent qu’à harmoniser les vues et les politiques dans ce domaine ,en vue de coordonner l’action de lutte contre les changements climatiques qui sont un phénomène aux conséquences incalculables sur l’environnement mondial.

Cette conférence prendra fin aujourd’hui, jeudi 05 Octobre.

Leave a Comment

*