Le COSIM Normandie en forum pour valoriser les investissements des migrants

A l’occasion de la Journée Internationale des Migrants, le COSIM Normandie organise samedi 11 novembre 2017, à la salle Europa de la MJC à Rouen, un forum régional sur le thème : « Les investissements productifs des migrants : mieux connaitre pour mieux agir ».

Organisé en partenariat avec le Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (FORIM), dont le COSIM Normandie est membre, ce forum permettra d’identifier, de faire connaître et valoriser les exemples d’investissements productifs des migrants dans la région Normandie. Orienté sur la thématique « Normandie de la Paix » chère à la Normandie unifiée, le Forum Régional en Normandie est l’un de cinq forums organisés en régions Aquitaine, Auvergne Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Normandie et Nouvelle Occitanie en octobre et novembre 2017, avec une restitution nationale prévue en décembre 2017 à Paris pour célébrer la Journée
Internationale des Migrants.

Les migrants sont à la base d’initiatives multiples et variées. Au-delà de leurs nombreuses contributions au développement économique, social et culturel de leurs pays d’accueil, ils effectuent des transferts financiers, de compétences, de savoir-faire et des envois de biens matériels, jouant un rôle moteur dans le développement durable de leurs pays d’origine.

Leurs projets couvrent un large spectre de secteurs et domaines d’intervention. Ils prennent la forme de création d’entreprises individuelles ou d’investissements touchant différentes affaires. Aujourd’hui, il est difficile de mesurer avec pertinence l’impact de leur engagement, faute de cadre d’intervention établi et en raison de capacités d’intervention limitées. Le manque de connaissances mutuelles entre les différents acteurs, l’absence et/ou le dysfonctionnement existant dans les dispositifs d’accompagnement et politiques d’état non incitatives sont tout aussi des éléments qui ne facilitent pas une appréciation à juste titre de l’apport des migrants de deux côtés. Le manque d’information et l’absence de financements pour soutenir les actions qui amélioreraient les connaissances dans ce domaine sont par ailleurs une des causes.

Leave a Comment

*