Côte d’Ivoire: « Soul To Soul », directeur du protocole de G. Soro, arrêté

L’étau est-il entrain de se resserrer autour de Guillaume Soro? Après un relâchement visible des relations entre le Chairman de l’Assemblée Nationale Ivoirienne et le président Alassane Dramane Ouatara, les mutineries à répétition de militaires anciens rebelles, la découverte d’armes dans la résidence du directeur du Protocole de Soro et son absence au dernier congrès du RDR, l’arrestation lundi 9 octobre de Kone Kamarate Souleymane, dit « soul to Soul » est un signe plus qu’évident que le régime Ouatara veut passer à la vitesse supérieure…

Il y a cinq mois, lorsque l’affaire faisait grand bruit, Guillaume Soro avait déclaré à la presse, le 18 mai 2017: « En ce qui concerne l’enquête qui va être diligentée, je suis entièrement favorable et d’accord […] J’ai vigoureusement recommandé à mon collaborateur de se mettre à la disposition des enquêteurs et je lui ai demandé de dire sur l’honneur et sa conscience ce qu’il sait pour contribuer à aider les enquêteurs à conclure ce dossier. Je peux vous assurer [qu’il] est clair dans ma tête [qu’il] devra, et tous ceux qui sont concernés, chacun assumera sa responsabilité. Donc, pour l’heure, je demande aux uns et aux autres de garder la sérénité pour que les enquêtes puissent se dérouler dans la sérénité. »

G. Soro et Soul To Soul

Depuis, l’enquête avait été ouverte et lundi 9 octobre, Soul To Soul a été convoqué par la Brigade  de recherche de la Police ivoirienne, et mis aux arrêts. La presse locale précise que le procureur de la République Richard-Christophe Adou a appris que le proche collaborateur du Président du Parlement ivoirien avait été mis aux arrêts. « M. Karamaté a été interpellé ce lundi. Une information judiciaire avec mandat de dépôt a été ouverte contre lui (…) pour complot contre l’autorité de l’Etat », a-t-il précisé devant la presse au palais de justice d’Abidjan.

Le procureur Richard-Christophe Adou explique la gravité des faits reprochés au directeur du protocole de Soro Guillaume. « Des experts ont conclu que la cache d’armes contenait 6 tonnes d’armes de guerre ». Mais pour Soul to Soul les armes trouvées dans sa résidence y avaient été stockées là durant la crise. Pour le procureur, cet argument ne tient pas car « Dans le cadre du DDR il avait été demandé à toute personne en possession d’armes de les déposer. »

Selon les sources, M. Souleymane Kamaraté alias Soul to Soul aurait donc été déféré à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan  MACA. D’autres arrestations pourraient avoir lieu incessamment, la rumeur avance des noms, et les observateurs craignent que la situation politique ne connaissent un tournant décisif et incertain en Côte d’Ivoire.

La réaction du service de communication du Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire n’a pas tardé, un communiqué de presse a été publié:

 COMMUNIQUE DE PRESSE

Nous apprenons l’arrestation ce jour de M. KONE KAMARATE SOULEYMANE dit Soul to Soul, Ministre Plénipotentiaire et Directeur du Protocole de l’Assemblée nationale. Son inculpation intervient  dans le cadre de l’affaire dite « Découverte d’une cache d’armes dans un domicile à Bouaké ».

Monsieur KONE KAMARATE SOULEYMANE a déjà fait la prison en 2000 pour la cause du Président Alassane OUATTARA. C’est un homme fort qui saura rester DIGNE.

Le Président de l’Assemblée Nationale, qui séjourne hors du pays, s’est tenu informé de la situation. Il apporte  son soutien à la famille de son collaborateur, appelle les Ivoiriens au calme et à la sérénité et espère que la justice fera librement son travail.

TOURE MOUSSA

Chef du service Communication du Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire 🇨🇮
Abidjan, Le 9 octobre 2017″

 

 

 

Leave a Comment

*