Les Etats-Unis et Israël quittent l’Unesco

Les États-Unis ont annoncé jeudi leur retrait de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco). Dans un communiqué, le département d’Etat a précisé que «Cette décision n’a pas été prise à la légère, et reflète les inquiétudes des États-Unis concernant l’accumulation des arriérés à l’Unesco, la nécessité d’une réforme en profondeur de l’organisation, et ses partis pris anti-israéliens persistants».

Cette décision ne sera effective qu’au 31 décembre 2018. Cependant, la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, dit «regretter profondément» la décision des États-Unis. «L’universalité est essentielle à la mission de l’Unesco pour construire la paix et la sécurité internationales face à la haine et à la violence, par la défense des droits de l’homme et de la dignité humaine», souligne dans un communiqué Irina Bokova. «C’est une perte pour la famille des Nations unies. C’est une perte pour le multilatéralisme», commente-t-elle encore. Et pour mieux répondre aux accusations, la directrice générale dresse un inventaire de mesures prises en partenariat avec les États-Unis contre l’antisémitisme. Tout comme Irina Bokova, la France, qui a postulé pour se hisser à la tête de l’Unesco, a également déclaré «regretter» le retrait des américains. Ainsi, cette candidature «prend, dans ces circonstances, une signification nouvelle», a déclaré le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué. «L’Unesco a plus que jamais besoin d’un projet dans lequel tous les Etats membres puissent se retrouver».

Israël suit le modèle des Etats-Unis

Israël, défendu par les Etats-Unis, a salué jeudi l’annonce de leur retrait. Il s’agit pour l’Etat du début d’une «nouvelle ère» aux Nations unies: «celle où, quand on pratique la discrimination contre Israël, il faut en payer le prix», a déclaré Danny Danon, ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies. La décision américaine est «courageuse et morale», a dit le chef du gouvernement israélien. A la suite de cette annonce, le premier ministre Benjamin Nétanyahou a donné pour instruction au ministère des Affaires étrangères de «préparer le retrait d’Israël, membre de l’organisation depuis 1949, parallèlement aux Etats-Unis» avant d’ajouter, «l’Unesco est devenue le théâtre de l’absurde où l’on déforme l’histoire au lieu de la préserver».

Leave a Comment

*