Éthiopie: La sécheresse menace la sécurité alimentaire

Les Chefs des trois agences alimentaires des Nations Unies se rendent en Ethiopie afin d’attirer l’attention du public sur la situation désastreuse de la sécurité alimentaire et nutritionnelle du pays. Plusieurs chocs climatiques consécutifs ont entraîné une série de sécheresses l’une après l’autre, qui ont eu pour effet de faire grimper le taux de malnutrition et les souffrances liées à la faim, pour les faire atteindre des niveaux alarmants.

Les Chefs de ces organisations discuteront de la meilleure manière de renforcer leur aide auprès du gouvernement et de ses systèmes. L’Ethiopie doit être en mesure de poursuivre ses efforts en vue de la réalisation des Objectifs de développement, tout en relevant les défis humanitaires rencontrés sur cette voie. Monsieur José Graziano da Silva, Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, M. Gilbert F. Houngbo, Président du Fonds international de développement agricole (FIDA) et M. David Beasley, Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial seront en Ethiopie du 1erau 4 septembre.

Dans les régions les plus affectées du pays, au Sud et au Sud-Est, les pluies ont fait défaut pour la troisième année consécutive. Plus de 8,5 millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire pour la seconde moitié de l’année 2017. Les interventions menées par le gouvernement ont permis de stabiliser légèrement la situation mais il est nécessaire et urgent de redoubler d’efforts afin d’empêcher que la situation ne se détériore davantage.

Sécheresse en Ethiopie (Image Unicef)

Les Chefs d’agence se rendront directement compte de l’ampleur de la crise lors d’une mission sur le terrain dans la région Somali où la sécheresse a tué de nombreuses bêtes, provoquant ainsi une perturbation des moyens d’existence pastoraux et une forte hausse du taux de malnutrition. Ils iront à la rencontre de personnes victimes de la sécheresse et bénéficiant de rations alimentaires, ils visiteront des centres de nutrition traitant des enfants souffrant de malnutrition et assisteront aux distributions de kits de survie destinés à garder le bétail restant en vie.

La crise actuelle liée à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ne peut être résolue grâce à l’aide d’urgence, à elle seule. Pour une solution à long terme, il sera indispensable de renforcer la résilience des communautés en vue de mieux résister face aux chocs et éviter de replonger dans la crise. Dans la région du Tigré, les Chefs d’agence pourront constater à quel point il est bénéfique d’investir dans la résilience. Ils rencontreront des communautés où les projets complémentaires des agences ont permis de stimuler la productivité, de renforcer les moyens d’existence et d’améliorer la nutrition.

A Addis-Abeba, les trois représentants tiendront des discussions de haut niveau avec les représentants du gouvernement, des organisations des Nations Unies, ainsi que d’autres organisations partenaires sur ces interventions salvatrices et sur la nécessité d’une collaboration majeure et d’investir dans la résilience.

 

Leave a Comment

*