Campus France : Le forum Afrique Destination Emploi, une belle première !

Le forum « Afrique Destination Emploi », organisé par Campus France, du 24 au 25 novembre au CentQuatre, à Paris, a été clôturé hier soir. Les organisateurs ont de quoi se réjouir : plusieurs entreprises venues de différents pays africains ont répondu à l’invitation de Campus France, et des étudiants, très motivés, ont pris d’assaut le hall et les auditoriums du CentQuatre dès l’inauguration vendredi 24 novembre par Madame Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et Monsieur Maouloud Ben Kattra, ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle du Mali.

Ce forum est « une belle première », a confié la Responsable adjointe du Service Afrique de Campus France, Oumou Diakité, à Radio Afrique France. Autant dire, l’objectif a été atteint. « Nous avons reçu plus d’une cinquantaine de demandes de participation. A l’heure actuelle, nous comptons une soixantaine d’entreprises, grands groupes français, PME, PMI, structures d’appui et start-up qui sont présents sur le forum. C’est une belle première, parce que nous en espérions une cinquantaine. Donc, l‘objectif premier est atteint. En termes de flux et de suivi, et de relai auprès des étudiants, nous attendions un millier de jeunes diplômés, de jeunes étudiants ou des rechercheurs d’emploi. On a eu plus de 1800 inscrits sur le site [de campus France] avant clôture, sans compter toutes les inscriptions après clôture. On attend d’ici la fin du forum au moins 2000 participants. Mais il faut alors après le forum envisager la suite. La première chose qu’on va réaliser, c’est surtout un retour de satisfaction, une enquête, un questionnaire auprès de nos participants et de nos étudiants. Est-ce que le forum a répondu à leurs attentes, est-ce que le forum a été en adéquation avec ce que nous avions prévu nous en termes de communication auprès des entreprises. Ce qu’on attend, c’est de pouvoir en tirer les leçons, les avantages [et en détecter] les petits couacs pour pouvoir mettre en place les actions pour l’année 2018. Ça sera peut-être un forum, mais différemment, ce sera peut-être de petites actions locales, en Afrique, ou des actions ici en France, pas forcément à Paris, puisqu’il est important de toucher tous les étudiants de France, qui n’ont peut-être pas pu se déplacer. [Il s’agira] de voir quels ont été les secteurs porteurs [et] les taux de transformation, [de savoir] s’il y a eu des recrutements ou de bonnes prises de rencontre pour voir comment mener d’autres actions », a indiqué Madame Diakité.

     

Le forum était également une opportunité pour les entreprises de rencontrer des étudiants africains de France, ou d’anciens diplômés en quête d’emploi. Pour Danielle Briche, Chargée de mission programme EEA et des relations avec les entreprises à Campus France, « on avait de grosses attentes à la fois en termes de participation des étudiants, des jeunes diplômés mais également de l’ensemble des partenaires qui nous ont accompagné. Je pense aux grands groupes français, également aux entreprises locales qui ont fait le déplacement jusqu’ici, et les partenaires tels que l’Agence Universitaire de la Francophonie, l’OFFI, le Pôle Emploi, [bref] un ensemble de partenaires dont beaucoup sont venus, puis également des structures d’accompagnement à l’entreprenariat qui sont venus présenter leurs activités. Il y a une grosse demande de la part de jeunes diplômés sur les questions d’insertion professionnelle puisqu’ils sont tous venus ici en France faire une mobilité étudiante, évidemment, la question de l’après se pose. [Le forum] c’est aussi proposer une réponse à cette problématique. On avait beaucoup d’attente, et on est assez content puisque finalement les étudiants a répondu présent, mais aussi l’ensemble de partenaires que nous avions sollicités. Les entreprises ont pu rencontrer une diversité de profils qualifiés qui correspondaient à leurs besoins de recrutement, on espère que ça va donner lieu à des recrutements pars la suite et évidemment on va faire un bilan avec ces entreprises pour voir si le format qu’on a choisi était le bon, si elles ont pu atteindre elles-mêmes leurs objectifs et voir par la suite comment mettre en place d’autres actions si ça a été un succès.  »

Leave a Comment

*