Libye : Pénuries dans les hôpitaux et effondrement de l’infrastructure publique

Les hôpitaux de Libye manquent de fournitures médicales alors même qu’ils doivent prendre en charge un nombre accru de blessés et de malades. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a une fois de plus offert du matériel et des médicaments indispensables à des établissements du pays.

L’hôpital Al-Wahda de Derna, le centre de traumatologie Al-Jalaa de Benghazi et la polyclinique d’Ajaylat ont tous trois bénéficié d’une distribution de fournitures médicales au cours des deux dernières semaines.

« En Libye, les professionnels de la santé ont de plus en plus de mal à traiter les patients à cause des pénuries », indique Karl Mattli, chef de la délégation du CICR en Libye. « Or il est crucial que les médecins disposent du matériel dont ils ont besoin pour faire leur travail et sauver des vies. »

Depuis le début de l’année, le CICR a distribué 60 tonnes de secours médicaux essentiels à une trentaine d’hôpitaux et de structures de santé dans tout le pays, confronté à des difficultés économiques. Cette assistance comprend des anesthésiques, des pansements, des médicaments, du matériel d’injection et de suture, des produits stérilisants et du matériel chirurgical. La récente livraison de fournitures médicales à l’hôpital Al-Wahda de Derna a été effectuée avec l’autorisation des parties au conflit. On ne peut d’ailleurs que se réjouir du libre passage accordé aux secours médicaux dans des zones de conflit.

Image Première urgence internationale

Le CICR est toutefois vivement préoccupé par la perturbation des services publics et la détérioration de l’infrastructure en Libye, causées par un manque d’entretien et d’attention. « On observe une dégradation dans les domaines de la santé publique, de l’assainissement et de l’approvisionnement en eau potable, qui se répercute sur les conditions de vie des habitants du pays », explique M. Mattli. « Les conséquences pour la santé des populations sont particulièrement inquiétantes. Nous espérons que ces services publics seront préservés de sorte que la société dans son ensemble puisse vivre en sécurité et en bonne santé. »

Ailleurs, les forces armées libyennes ont été victimes d’une attaque terroriste le 23 août perpétrée par Daesh, dans la région de Joufra. La France condamne cette attaque qui a causé des morts et, dans un point de presse ce jeudi, la porte-parole du Quai d’Orsay a déclaré: « La France condamne l’attentat terroriste perpétré par Daech le 23 août dans la région de Joufra contre des soldats de l’Armée nationale libyenne.  Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes et assurons le peuple libyen de notre solidarité dans cette épreuve.  L’éradication du terrorisme nécessite un effort résolu de toutes les parties libyennes, la réconciliation nationale, le renforcement de l’Etat et la construction d’une armée libyenne unifiée sous l’autorité civile, avec le soutien de la communauté internationale.Ces objectifs ont été inscrits dans la déclaration commune de la Celle-Saint-Cloud du 25 juillet.  Nous soutenons pleinement les efforts du représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Libye, M. Ghassan Salamé, pour parvenir à une solution politique inclusive. »

Leave a Comment

*