Mauritanie : Dévaluation de l’Ouguiya déguisée en perspective

Par BAKALA KANE

De nouveaux billets et de nouvelles pièces de monnaie en circulation en Mauritanie dès 2018.Une réforme gouvernementale annoncée par le président mauritanien à l’occasion du 28 novembre à Kaédi et relayée cette semaine par le ministre de l’économie et des finances. Les autorités de Nouakchott qui mettent en avant la réévaluation du dinar irakien entendent lutter contre la fraude qui impacte sur l’économie du pays. Pour les observateurs cette réforme accélérée et directive cache mal une dévaluation de l’Ouguiya en perpétuelle dégringolade depuis des années. Une situation qui plonge le pays dans une crise économique depuis 2009.

Sale temps ou mauvaise passe pour les mauritaniens qui voient d’année en année et en tout cas depuis 2009 leur pouvoir d’achat baisser, la hausse des prix des denrées de première nécessité, du carburant et l’effondrement des prix du fer, véritable poumon de l’économie. Dans ce contexte difficile ce sont les commerçants et les grandes entreprises industrielles comme la SNIM, fleuron de l’industrie mauritanienne qui paient les pots cassés. Avec une monnaie nationale toujours en yoyo c’est finalement le marché noir qui s’enrichit avec une masse importante de l’ouguiya thésaurisée.

L’impact sur les transactions financières n’arrange pas le gouvernement non plus qui doit honorer ses engagements par rapport à la lutte contre la pauvreté. Cette période de vaches maigres est difficile à supporter pour le trésor public très sollicité par les actions gouvernementales. Pour remettre la machine en marche les autorités de Nouakchott ont décidé d’activer le levier de la réévaluation de l’Ouguiya en se référant au dinar irakien. Le secret était gardé jusqu’ici pour que Ould Aziz annonce lui-même la circulation de nouveaux billets et de nouvelles pièces de monnaie dès 2018 à l’occasion du 28 novembre à Kaédi. Information relayée cette semaine par le ministre de l’économie et des finances pour justifier cette décision dont l’objectif principal est de lutter contre la fraude qui impacte sur les importations et les exportations du pays et de redonner le pouvoir d’achat aux mauritaniens.

Pour les observateurs cette réforme monétaire accélérée et directive cache en réalité une dévaluation de l’Ouguiya qui dégringole depuis des années à cause de la baisse du dollar par rapport à l’euro. Et cette situation ne facilite pas la réserve de devises pour faire face aux multiples demandes des acteurs économiques notamment les plus grands.

Leave a Comment

*