Mauritanie : l’opposition refuse l’immobilisme et prépare 2019

Par BAKALA KANE

L’opposition mauritanienne est descendue dans la rue cette semaine à Nouakchott à l’initiative du G8 et du FNDU. Les leaders des partis d’opposition de centrales syndicales et d’ONG des droits de l’homme entendaient marquer leur rentrée politique avec une ferme volonté de protester contre la mal gouvernance du régime de Ould Aziz aggravée aujourd’hui par la hausse des prix des denrées de première nécessité du carburant et la mévente du minerai de fer ainsi que les risques contre une nouvelle monnaie. L’opposition se veut également la seule alternative crédible du pouvoir autoritaire de Ould Aziz.

C’est une véritable démonstration de force à laquelle ont assisté les observateurs cette semaine dans la capitale mauritanienne. La mobilisation de l’opposition est un succès. Les mauritaniens sont descendus en grande masse dans la rue à l’appel des 8 partis de l’opposition démocratique et des centrales syndicales et ONG des droits de l’homme.

Les manifestants entendaient protester contre la hausse des prix des denrées de première nécessité, du carburant et la mévente du fer qui impacte sur les exportations du pays. Les leaders de l’opposition ont marqué ainsi leur rentrée en pointant du doigt les risques d’une monnaie nouvelle dont l’adoption par le gouvernement créé des polémiques au sein de la classe politique. Une gestion unilatérale de Ould Aziz devenue monnaie courante pour contourner le pouvoir législatif. Cette dérive autoritaire du président mauritanien fait mal à la démocratie. La répression des manifestants est devenue un jeu favori des forces de l’ordre.

A plus d’une année de la fin du deuxième quinquennat de Ould Aziz l’opposition entend se positionner comme la seule force alternative crédible pour les présidentielles de 2019.Les chefs de l’opposition appellent à des rassemblements réguliers pour éviter un troisième mandat au régime de Ould Aziz.

 

Leave a Comment

*