RDC : Arrivée des enquêteurs internationaux au Kasai

Les trois experts internationaux désignés par le Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme pour enquêter sur les violences dans la province du Kasai, en République Démocratique du Congo, séjournent depuis mardi 31 octobre à kananga, chef lieu du Kasai Central.

Cette équipe est conduite par le Sénégalais Bacre Ndiaye. Avec un mandat de travail qui court jusqu’en mai 2018, ces experts vont mener des investigations sur les massacres et autres violations des droits de l’homme et du droit humanitaire international perpétrés lors de la milice de Kamuina Nsapu. Les trois experts internationaux avaient été nommés au mois de juillet pour enquêter sur les violences dans la région du Kasaï (République Démocratique du Congo), en accord avec le gouvernement de Kinshasa. Ils experts seront chargés d’établir les faits sur les allégations de violations des droits de l’Homme et du droit humanitaire international dans cette zone, d’après un communiqué du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme.

Cette région a été en proie, durant plusieurs mois à des troubles ayant entraîné la mort de plus de 3.000 personnes et le déplacement d’environ 1,4 million personnes.

La désignation de l’équipe d’experts intervient conformément à ce qui a été établi en juin par le Conseil des droits de l’homme, en vertu d’une résolution dans laquelle il fait part de sa préoccupation face à la « vague de violations et d’abus graves » des droits humains au Kasaï. Le texte fait état notamment de « recrutement d’enfants soldats, de violences sexuelles et basées sur le genre, de destruction de maisons, d’écoles, de lieux de culte et d’infrastructures par des milices locales ainsi que de l’existence de fosses communes ».

Miliciens Kamuina Nsapu

Les conclusions de l’enquête seront transmises aux autorités judiciaires de la RDC afin de « faire en sorte que tous les auteurs de ces crimes lamentables rendent des comptes« , selon le communiqué. Ces violences avaient débuté en septembre 2016, un mois après la mort du chef traditionnel Kamwina Nsapu, qui avait ouvertement remis en cause l’autorité du gouvernement.

En mars, deux experts onusiens qui enquêtaient sur la situation au Kasaï et sur des fosses communes ont été assassinés. Le procès de leurs assassins présumés s’est ouvert le 5 juin.

Leave a Comment

*