RDC: Corneille Nangaa exclut toute possibilité de prolonger l’enrôlement des électeurs

Par STELLA ABAYA KOMBE

Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Corneille Nangaa a indiqué jeudi à son arrivée à Kisangani dans la nouvelle province de la Tshopo qu’il n’y aura pas une quelque prolongation dans l’opération d’enregistrement au fichier électoral.

« Il ne sera pas question de prolonger l’opération d’enrôlement des électeurs. J’appelle encore ceux qui hésitent à venir s’enrôler », a-t-il insisté.

« Après 90 jours prévus pour l’enrôlement dans chaque aire géographique, on ferme les portes », ajoute Nangaa qui précise que tous les bureaux d’enregistrement travailleront pendant 90 jours et pas plus.

Accusé par l’opposition radicale de jouer le jeu du pouvoir, le président de la centrale électorale veut accélérer le processus en publiant le calendrier électoral. Mais, cela ne pourra être possible que si la région troublée du Kasaï termine l’enrôlement.

Jusqu’à présent, l’opération n’a toujours pas commencé mais la CENI s’active dans la préparation et l’acheminement de kits. Elle reçoit, pour cela, l’appui de la Mission de l’ONU et la sécurisation de ses agents par l’armée congolaise.

Depuis un mois, la pression est tellement forte que Nangaa aurait lâché mercredi dernier à une délégation du Rassemblement Limete conduite par le très radical Jean Bertrand Ewanga, que son institution pourra publier le calendrier électoral à la fin de ce mois d’août. Ewanga s’était même permis d’annoncer la nouvelle de la publication du calendrier électoral fin août aux médias à l’issue de cet entretien sans que le patron de la CENI, qui était pourtant à ses côtés, ne le contredise. A la Majorité présidentielle, le forcing des ultras de l’opposition à vouloir imposer la ligne à suivre à la commission électorale a été vivement dénoncée.

Le 31 juillet dernier, quelques villes du pays avaient sombré dans la violence à l’appel du Mouvement citoyen LUCHA- Lutte pour le changement- qui exigeait à la CENI de publier le calendrier électoral. L’appel à manifester soutenu par plusieurs leaders, partis, regroupements politiques de l’opposition et organisations de la société civile avait conduit à des accrochages entre les forces de l’ordre et les activistes. Il avait été noté quelques arrestations dans les rangs des militants pro-démocratie et de journalistes, suivi de leur libération.

 

Leave a Comment

*