RDC : ECCHA rejette le calendrier électoral de la CENI et appelle le peuple à appliquer l’article 64

PAR ALPHONSE MUDERWA

Le Mouvement citoyen ECCHA ‘’Engagement citoyen pour le Changement’’, a rejeté vendredi 10 novembre le calendrier électoral publié par la CENI qu’il juge taillé  » au goût du Kabilisme « . « Nous ECCHA, rejetons en bloc ce calendrier tel que publié par la CENI, car ne reflétant ni l’esprit ni la lettre de l’accord du 31 décembre 2016 dans toutes ses dispositions », peut-on lire dans leur communiqué signés conjointement par Fred Tshinanu, Christian Lumu, Néra Kanyinda, Bénie Bilenge et Fiston Nkiaka

Ainsi,  le Mouvement pro-démocratie rappelle  l’illégitimité de toutes les institutions étatiques en République démocratique du Congo et « met en garde M. Nangaa et ses complices au sein de la CENI qui ont pris, selon l’organisation, le pays en otage  en vue de maintenir M. Kabila et son régime au pouvoir ».

Face à la mauvaise foi manifeste du pouvoir pour organiser les élections, ECCHA lance un appel solennel à tous les citoyens Congolais (hommes et femmes, papa et mamans, jeunes filles et garçons, activistes pro-démocraties, activistes de Droits humains,  politiques loyaux, sportifs, confessions religieuses, commerçants, fonctionnaires, leaders d’opinions; à recourir à l’article 64 alinéa 1er en vue de récupérer le pouvoir détenu actuellement par la force par un régime illégitime. Le Mouvement pro-démocratie demande au peuple de déclencher la désobéissance civile sous toutes ses formes loyales : non paiement des taxes et impôts, grève générale sur toute l’étendue de la RDC.

Par la même occasion, ECCHA invite les congolais à boycotter les appels, ordres, injonctions, ordres mal donnés et décisions illégales d’un régime illégitime et qui dirige par défi.

A la Communauté Internationale, l’organisation l’appelle à user de tous ses moyens possibles et légaux en vue d’accompagner le peuple à l’instauration de la démocratie, car c’est l’unique option qui permettra au peuple congolais de revivre sa souveraineté.

ECCHA rappelle et exhorte le peuple congolais, policiers et militaires au caractère et principe de la non-violence sous toutes ses formes et  à ne pas céder à toutes formes de provocations sous aucun prétexte que ce soit.

Enfin, le Mouvement pro-démocratie réitère son vœux de voir « s’ouvrir à partir de ce 31 janvier 2017 une transition sans M. Joseph Kabila, seule solution et gage pour l’organisation des élections en RDC et propose ce qu’il appelle  « alternative ECCHA » qui n’est rien d’autre qu’un régime spécial où le CNSA tombe. Et où la CENI sera placée sous tutelle de l’organisation des Nations Unies (ONU), la présidence à la société civile responsable et  le gouvernement qui sera dirigé conjointement par les politiciens non  éligibles aux futures élections à organiser dans un délai de 3 mois (la séquence présidentielle et de poursuivre le reste des scrutins avec le nouveau Président élu).  Le leadership de ECCHA considère que le président Kabila n’a plus le mandat du peuple et dirige le pays par défi en violation tant de la Constitution  que de l’Accord politique global et inclusif du 31 décembre 2016.

De la même façon, les activistes considèrent que la CENI a cessé d’être l’institution d’appui à la démocratie et s’est transformée en « une institution chargée d’appuyer la pérennisation d’un régime illégitime, qui s’arroge le droit de changer et de modifier les délais des échéances électorales au bon gré de la volonté du Président Kabila qui tient à se pérenniser au pouvoir contre la volonté du peuple ».

 

 

Leave a Comment

*