RDC : Fonds bleu pour la protection du bassin du Congo

Après la COP22, place aux actes. Soutenu par le Maroc, le Fonds bleu pour le bassin du Congo a été lancé à Oyo, dans le fief de Sassou Nguesso.

Une fois n’est pas coutume lorsqu’il s’agit de grands projets panafricains : l’accord de création du Fonds bleu pour le bassin du Congo a été signé le 9 mars, moins de quatre mois après son annonce lors de la COP22, à Marrakech. Portée par Denis Sassou Nguesso avec le soutien de la Fondation Brazzaville – présidée par l’homme d’affaires français Jean-Yves Ollivier, proche du président congolais –, l’initiative avait alors été adoptée par les chefs d’État des douze pays concernés : l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, la RD Congo, la Tanzanie, le Tchad et la Zambie.

Inspiré du Fonds vert pour le climat de l’ONU, le Fonds bleu accordera chaque année des subventions – renouvelables – de 100 millions d’euros à des projets visant à préserver les eaux et forêts et à favoriser le développement local et l’économie bleue : amélioration des voies navigables, construction de petits barrages ou de systèmes d’irrigation, essor de la pêche, de la pisciculture, de

Leave a Comment

*