RDC : Joseph Kabila voudrait sanctionner les auteurs de violences au Kasaï

Par JEANRIC UMANDE MWNGE

A l’ouverture mardi 19 septembre 2017 du Forum sur la paix, la réconciliation et le développement des provinces démembrées du Kasaï, à Kananga ( centre du Congo- Kinshasa) , le président Joseph Kabila a rappelé que les auteurs des troubles et violences ayant occasionné de nombreux morts et déplacés dans l’espace Kasaï, ne resteront pas impunis.

D’après lui, cette tragédie est l’oeuvre des filles et fils du Kasai eux-mêmes. Il a affirmé que les causes de cette situation sont à rechercher dans « les égos et les manipulations socio-mystico-politiciennes ». « Comment sommes-nous descendus si bas pour déshumaniser nos propres soeurs et frères et même des étrangers ? », s’est interrogé Joseph Kabila, appelant chacun à faire un examen de conscience sur sa responsabilité dans ce drame.

Devant plusieurs notables, autorités coutumières, députés, sénateurs, chefs de confessions religieuses, acteurs de la société civile, le chef de l’état a tonné : « Il n’y a pas de paix sans justice ». Et d’avertir que tous ceux qui ont été  impliqués, répondront de leurs actes.

Un message radical qui tranche avec une quelconque réconciliation-pardon. Ainsi, Joseph Kabila agite la justice pour réprimer ceux qui ont semé mort et désolation dans toute cette partie du pays. D’ailleurs, il a invité  déjà la population à dénoncer tout fauteur de troubles. Le chef de l’état a prévenu qu’ aucun responsable à des degrés divers ne doit échapper à la justice. Tous les auteurs des crimes ne devraient pas échapper à la sanction, unique moyen de dissuader ceux qui s’aventureraient  à troubler gravement l’ordre public.

Dépité par les crimes commis par les miliciens Kamwena Nsapu, Joseph Kabila a insisté sur une réconciliation qui ne doit pas se faire au détriment de la Justice et de la réparation des victimes. « Les responsabilités doivent être établies », répète-t-il.

Le président Kabila a fait savoir que l’espace Kasaï avait connu les mêmes horreurs en 1959 et 1960. Selon lui, elles se sont répétées parce que la Justice n’avait pas sévi.

Après la guerre, c’est la paix et le développement. C’est pourquoi le président Kabila a promis de poursuivre l’exécution de tous les projets de développement dans l’ensemble de l’espace Kasaï.

« Tous les projets de développement  entamés vont reprendre avec force au Kasaï central », a-t-il assuré.

Leave a Comment

*