RDC: La MONUSCO préoccupée par l’utilisation d’armes létales lors d’une manif à Bukavu

 Le Représentant spécial du Secrétaire général en République démocratique du Congo et chef de la MONUSCO, Maman Sidikou, se dit gravement préoccupé que l’utilisation de la force létale par les forces de défense et de sécurité congolaises, en réponse à des manifestations à Bukavu (province du Sud-Kivu), ait entraîné des pertes civiles dont des enfants.

Ce matin, dans le quartier Panzi de Bukavu, les forces de défense et de sécurité congolaises auraient procédé à des tirs de sommation pour disperser des manifestants protestant contre l’insécurité rampante et les cas répétés de vol à main armée dans la localité. Alors qu’elle était sur le chemin de l’école, une fillette de 8 ans aurait été atteinte par une balle perdue qui lui a été fatale. Selon des rapports crédibles reçus par la MONUSCO, des pertes supplémentaires sont à déplorer et le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme mène une enquête afin de recueillir des informations plus détaillées.

« Les forces de défense et de sécurité ont l’obligation d’utiliser la force uniquement en dernier recours, en respect des principes de nécessité, de proportionnalité et de légalité, conformément aux normes internationales. La violence présumée perpétrée par les manifestants ne devrait jamais être une excuse pour l’utilisation de la force létale », a déclaré Maman Sidikou, Représentant spécial du Secrétaire général en République démocratique du Congo et Chef de la MONUSCO.

« En outre, je demande instamment aux autorités congolaises de veiller à ce que le personnel chargé de l’application de la loi soit suffisamment équipé et formé pour s’engager dans les opérations de contrôle des foules et je demande aux autorités de mener des enquêtes rapides, crédibles et indépendantes sur cet incident, comme moyen d’empêcher la perte de vies civiles lors de prochaines manifestations », a conclu Sidikou.

Leave a Comment

*