RDC : Sommé de quitter le gouvernement, Pierre Kangudia zappe Kamerhe

Par JEANRIC UMANDE MWENGE

Le ministre d’État, Pierre Kangudia Mbayi, a refusé de démissionner du gouvernement comme lui a demandé son parti, l’Union pour la Nation Congolaise. L’ex-bras droit de Kamerhe a rejeté la décision de l’UNC et pense qu’il s’agit simplement d’un acharnement.

Kangudia parle de la politique de deux poids, deux mesures. « Au délégué de l’Union pour la Nation Congolaise à la commission électorale nationale indépendante, on n’a rien demandé. Pourtant, c’est cette institution qui est chargée d’organiser les élections ».
Le ministre d’État ne veut plus servir des intérêts égoïstes. D’ailleurs, il dit se remettre au président de la république qui l’avait nommé. « Je m’en remets au Président de la République qui a m’a nommé. Je refuse de servir les  intérêts égoïstes de certains », a indiqué Pierre Kangudia au cours d’une conférence de presse organisée mardi 24 octobre 2017 à l’Hôtel du Gouvernement.
Visiblement, la rupture est consommée entre Kangudia et Kamerhe. Le premier préférant rester aux affaires alors que le second se radicalise pour obtenir le départ du président Kabila, dont le deuxième et dernier mandat s’est achevé fin décembre 2016.
L’ancien secrétaire national de l’Union pour la Nation Congolaise en charge des relations avec les partis politiques dit avoir horreur de la politique politicienne. En plus, il s’oppose à un schéma qui risquerait de créer une crise inutile au sein du gouvernement. « Je ne suis pas adepte de la politique politicienne, je ne veux pas créer une crise au gouvernement », explique Pierre Kangudia choqué d’être le dernier à être informé de cette décision.
Et d’exprimer son ras-le-bol sur la procédure utilisée par son parti. « J’étais surpris même hier de voir que la presse était déjà là, le communiqué était déjà prêt et on me demande de faire vite, et après j’ai appris à travers la presse qu’on m’a viré du gouvernement, j’étais surpris de voir le  communiqué me parvenir par whatsapp », a-t-il déploré.
Pourtant, Kangudia affirme avoir sollicité un temps de réflexion mais il s’est buté à « un non catégorique ». « J’ai demandé qu’on me donne un temps pour réfléchir, on a refusé, on m’a dit qu’on allait me révoquer dans les heures qui suivaient », s’est indigné l’ex-cadre de L’Unc.
Pour lui, il n’est pas dans l’opposition au gouvernement, mais il est dans le gouvernement.

 

Leave a Comment

*