RDC : Tête à tête Joseph Kabila-Nikki Haley « Pas de financement US sans présidentielle en 2018 »

Par STELLA ABAYA KOMBE

Au terme de sa visite de deux jours en Rd Congo, l’Ambassadrice des États-Unis au conseil de l’ONU, a rappelé au président Kabila, le souhait des États-Unis et de la communauté internationale de voir se tenir principalement l’élection présidentielle en 2018.

D’un ton ferme, Nikki Haley a insisté sur la publication rapide du calendrier électoral. Au cas contraire, la RDC, a-t-elle prévenu, ne bénéficiera pas de l’appui des États-Unis et de la communauté internationale. Le même message Nikki Haley l’a réitéré, lors de son passage au siège de la CENI. Elle a rappelé au Président de cette institution, Corneille Nangaa la nécessité et l’urgence de publier le calendrier électoral.

Pour la diplomate américaine, dissocier l’élection présidentielle des législatives et provinciales s’avère indispensable pour la bonne tenue des élections, dans la mesure où la concentration des ces 3 scrutins freine la machine. L’émissaire de Donald Trump a précisé que cette démarche est très capitale dans la mesure où la Centrale électorale a demandé une rallonge de 504 jours, à dater de la clôture de l’opération d’enrôlement dans le Grand Kasaï, ( janvier 2018 ), pour tenir les scrutins.

«Il faut dissocier l’élection présidentielle des scrutins législatifs et provinciaux et autres », a fait savoir l’ambassadrice des USA , avant de préconiser la révision de l’Accord de la Saint sylvestre. Ce qui laisse une éventualité d’organiser un troisième dialogue.

Bien avant cela, Nikki Haley a échangé avec les délégués de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo, étant donné le rôle majeur de médiation joué par les évêques lors des travaux qui ont abouti à l’Accord du 31 décembre 2016. Les deux parties ont fait le point sur la situation générale en République démocratique du Congo. « les évêques attendent de la communauté internationale comme la communauté nationale un appui dans le sens de ce que le peuple congolais attend, et que tout le monde sait, l’organisation des élections dans le meilleur délai », a laissé entendre Donatien Nshole, Secrétaire Général de la CENCO.

A l’occasion, les évêques ont demandé aux États-Unis, par les biais de son ambassadrice, de faire pression sur Joseph Kabila, afin qu’il prenne un engagement explicite de ne pas se représenter aux prochaines élections.

 

 

Leave a Comment

*