RDC : Un four solaire made in Luozi, province du kongo Central

Par JUSTIN DIASILUA KIONGA

« Le soleil, qui nous rend depuis toujours des services irremplaçables et qui  nous donne  de plus en plus d’électricité, peut nous fournir de l’énergie nécessaire pour d’autres usages » renseigne le Professeur honoraire, José Dianzungu dia Biniakunu.

Fabriqué depuis l’an 2000 à Luozi, l’un des territoires de la province du Kongo Central (RD Congo) par le Professeur Dianzungu, ce four solaire n’a jamais été lancé sur le marché faute de stock suffisant. L’Etat congolais devrait financer la fabrication d’un nombre important de fours pour faciliter sa propagation et contribuer de surcroît à la promotion de la recherche scientifique. La vente de cette source d’énergie pourra ainsi contribuer à l’accroissement du PIB. « J’en ai déjà fabriqué cinq jusque-là à des fins de recherche et qui ont déjà préparé des centaines de repas. Je suis sûr qu’il est appelé à se répandre dans quelques années » martèle le chercheur.

Un four solaire fabriqué par un natif de Luozi en province du Kongo Central. De quoi s’agit-il? C’est très simple.

Il s’agit de deux caisses en contre-plaqué, emboitées l’une dans l’autre, avec un espace d’environ trois centimètres entre elles. Cet espace est rempli de matières isolantes : copeau, sciure de bois, herbes sèches, papier, etc. aussi bien à la base que dans les quatre parois. La caisse est munie d’un couvercle en double feuille de vitre ordinaire de construction. Ce qui est très important, c’est de veiller à ce que le couvercle se ferme aussi hermétiquement que possible. Le fond de la caisse est muni d’une feuille métallique peinte en noir.

Les parois sont recouvertes de papier aluminium pour réfléchir les rayons solaires qui y tombent vers la casserole, laquelle est également peinte en noir à l’extérieur. Cela suffit pour obtenir, même sans réflecteur additionnel, des températures de l’ordre de 120°-130°C et permettre la  cuisson.

Mais il ne suffit pas seulement de découvrir et d’adopter de nouvelles sources d’énergies, il faut, selon le Professeur Dianzungu, également améliorer les appareils, comme les foyers à trois pierres et les cuisinières, qui utilisent le bois, lequel est la source d’énergie la plus utilisée en Afrique en général, et en République Démocratique du Congo, en particulier.

Il existe des cuisinières et des fours solaires qui sont faciles à fabriquer et qui peuvent cuire tous les aliments. Certains pays sont déjà très avancés dans ce domaine. Il s’agit des pays comme le Kenya, le Burkina-Faso, le Guatemala, la Gambie, pour ne citer que ceux-là. L’objectif, faut-il le rappeler, c’est de réduire la consommation du bois et donc l’abattage des arbres, l’allègement du travail ménager, la préservation de la nature en général, et des forêts, en particulier  afin que les enfants et petits-enfants puissent, comme leurs progénitures, hériter des régions et des villages où le bois utile est à portée de la main.

 Qui est José Dianzungu dia Biniakunu ?

le Pr José Dianzungu et son four solaire

Né à Nkobo en 1937 et natif du territoire de Luozi dans la province du Kongo Central, le Professeur José Dianzungu dia Biniakunu  est Docteur en planification de l’éducation. Il a étudié à Nivelles, à l’Université libre de Bruxelles (Belgique), à l’Université de l’Etat de New York à Buffalo aux Etats-Unis d’Amérique.  Professeur retraité de l’université Marien Ngouabi à Brazzaville, Pr Dianzungu dia Biniakunu enseigne comme professeur visiteur à Bujumbura, à Libreville, à Kikwit, aux Etats-Unis. Aujourd’hui, cet homme de sciences se consacre à l’environnement. Il est l’auteur de  »Nsi yankatu ngongo eto » (1989,  Nous refusons un pays désert, NDLR) et  »Endiguer la désertification » (1991), la version française de la première œuvre. Il vient d’écrire une pièce de théâtre satirique dans laquelle les jeunes  critiquent les adultes, de manière acerbe, sur leur gestion du pays.

Cet octogénaire a créé un centre d’alphabétisation dans la cité de Luozi, chef-lieu du territoire qui porte le même nom. Cet établissement d’enseignement pratique facilite l’éducation de centaine des personnes.

COMMENTS

Leave a Comment

*