Côte d’Ivoire : Soro – Ouattara, la fracture !

On s’en doutait et les signes annonciateurs s’accumulaient, en dépit des discours de conciliation en public et dans les médias. L’affaire des armes découvertes dans la résidence du directeur du protocole de Guillaume Soro avait, comme qui dirait, sonné le glas. La campagne de réconciliation lancée par le président de l’Assemblée nationale ivoirienne n’a pas suffi à taire les rumeurs, ni à rapprocher les deux hommes…

Comment imaginer un congrès du parti sans inviter, ni même tenir informé un membre du Haut Conseil Politique du parti, de surcroît élu sous les couleurs du RDR et Président de l’Assemblée nationale sur proposition du même parti ? A ce sujet Guillaume Soro est formel dans son communiqué de presse : « Toutefois, bien qu’ayant été Président du Conseil politique de la campagne du Président Alassane Ouattara en 2015, et en ma qualité de député de la circonscription électorale de Ferkessédougou Commune, élu sous la bannière du RDR, Président de l’Assemblée nationale sur proposition du RDR et, enfin, membre du Haut Conseil politique du RDR, je n’ai, à aucun moment, été associé aux travaux préparatoires du Congrès. Je n’ai reçu communication d’aucun document officiel du Congrès encore moins pris connaissance des recommandations préalables issues des pré-Congrès, qui feront pourtant l’objet d’une validation par l’ensemble des militants. N’ayant de ce fait été associé, ni en amont ni en aval, par les actuels responsables de l’organisation de ce Congrès, c’est avec un triste regret que j’en prends acte. Dans le contexte actuel fait de frictions, de suspicions et où des lignes de fractures évidentes sont apparues au sein de notre famille politique, qui peut décliner l’impérieuse nécessité de rassemblement de tous ? »

Tout est dit, et très clairement. A l’époque déjà, certains affirmaient que Soro gênait… trop populaire, ambitieux, il pourrait se révéler un concurrent coriace et dur à battre, si comme le craignent ses détracteurs, il se présentait à la présidentielle de 2020. Il faut par conséquent l’écarter, à défaut de l’affaiblir à l’avance. Le temps des reniements a donc sonné…

Ci-après, l’intégralité du communiqué de presse que le service de communication de Guillaume Soro a transmis à la rédaction de Radio Afrique France :

Ivoiriennes, Ivoiriens,
Militantes et militants du RDR,
Chers Amis de la Côte d’Ivoire,

Le Rassemblement des Républicains (RDR) tiendra son troisième congrès ordinaire les 9 et 10 septembre 2017 à Abidjan.
En ma qualité de militant et d’élu de cette formation politique, je salue la tenue de cet événement statutaire, qui intervient à un moment particulier et délicat de la vie de notre parti.
Tout parti politique a besoin de tels moments de rassemblement pour réfléchir sur son parcours, être attentif à son présent, identifier les défis futurs et renouveler ses instances.
Devant cet enjeu inéluctable d’édification d’un nouveau projet politique collectif, il est de coutume d’associer toutes les forces vives du parti à la préparation de ces assises et de veiller à la participation de tous, sans exclusion.

Toutefois, bien qu’ayant été Président du Conseil politique de la campagne du Président Alassane OUATTARA en 2015, et en ma qualité de Député de la Circonscription électorale de Ferkessédougou Commune, élu sous la bannière du RDR, Président de l’Assemblée nationale sur proposition du RDR et, enfin, membre du Haut Conseil politique du RDR, je n’ai, à aucun moment, été associé aux travaux préparatoires du congrès.

Je n’ai reçu communication d’aucun document officiel du Congrès encore moins pris connaissance des recommandations préalables issues des pré-Congrès, qui feront pourtant l’objet d’une validation par l’ensemble des militants.

N’ayant de ce fait été associé, ni en amont ni en aval, par les actuels responsables de l’organisation de ce congrès, c’est avec un triste regret que j’en prends acte.
Dans le contexte actuel fait de frictions, de suspicions et où des lignes de fractures évidentes sont apparues au sein de notre famille politique, qui peut décliner l’impérieuse nécessité de rassemblement de tous ?

Fort heureusement, ce n’est qu’un congrès ; d’autres congrès ordinaires se tiendront immanquablement. Au surplus, des congrès extraordinaires pourraient, en cas de besoin, avoir lieu. J’imagine donc qu’à tout moment, de nouvelles occasions pourraient m’être offertes de contribuer significativement à la vie du parti.

C’est le lieu de souhaiter que la nouvelle direction du RDR qui sortira de ce congrès des 9 et 10 septembre 2017, puisse travailler, sans relâche, au rassemblement de toutes les forces vives du parti.

Je forme le vœu que les résolutions issues de ces travaux concourent à la consolidation de la paix, la stabilité et au progrès de la Côte d’Ivoire.
Je me tiens d’ores et déjà à la disposition de la future direction du parti pour œuvrer à la concorde entre les militants, à la réconciliation et à la fédération des énergies en vue d’aborder dans l’unité et dans l’union les échéances futures.

Vive le RDR !
Vive la République !
Vive la Côte d’Ivoire !

Guillaume Kigbafori SORO

Leave a Comment

*