Togo : L’opposition accentue la pression sur le gouvernement

Par CYRIL KAO

Les leaders de l’opposition togolaise veulent maintenir la pression sur le gouvernement.  En conférence de presse lundi à Lomé, la coalition composée du CAP 2015, le Groupe des 6, le PNP et Santé du Peuple a annoncé plusieurs activités sur les dix prochains jours. Tout commence demain mardi par un grand rassemblement devant l’Assemblée nationale.

L’opposition togolaise appelle la population togolaise à aller au siège de l’Assemblée nationale demain pour crier son ras-le-bol contre le projet de loi du gouvernement.

On se souviendra que mardi 5 septembre dernier, le gouvernement a adopté un projet de loi portant modification des articles 52, 59 et 60 de la Constitution pour consacrer la limitation des mandats électifs et le mode de scrutin à deux tours. Dans la foulée de cette adoption, l’Assemblée nationale a convoqué une session extraordinaire. Dès lors, plusieurs acteurs politiques avaient pensé que c’était pour l’examen du projet du gouvernement, mais la session est plutôt consacrée à l’étude du Budget du parlement. L’opposition mécontente, veut assiéger le parlement pour dénoncer le projet dilatoire du pouvoir.

De l’autre, la coalition de l’opposition appelle à un grand meeting vendredi prochain sur le terrain Bas-fond du Collège Saint-Joseph pour une information importante à communiquer au peuple togolais. Ce sera certainement pour appeler les populations à maintenir la pression et à se mobiliser pour les prochaines manifestations de l’opposition qui sont annoncées sur toute l’étendue du territoire national, estiment les observateurs.

En effet, tout comme les 6 et 7 septembre derniers, l’opposition appelle à de nouvelles manifestations les 20 et 21 septembre prochains à Lomé et à l’intérieur du pays. Les itinéraires de ces nouvelles manifestations seront communiqués ultérieurement.

Les leaders de l’opposition, notamment Brigitte Adjamagbo-Johnson a appelé le pouvoir à tirer toutes les leçons de la mobilisation populaire et à accéder aux revendications, notamment le retour de la Constitution de 1992 et le vote de la diaspora ou le cas échéant, le départ de Faure Gnassingbé.

Jean-Pierre Fabre, le Chef de file de l’opposition indique que la pression sera maintenue jusqu’à ce que la lutte ne soit conclue.

 

Leave a Comment

*