Afrique du sud: Jacob Zuma, game over!

Jacob Zuma, le zulu est parti…Mercredi 14 février au soir, le très controversé président sud africain qui totalise à lui seul 783 charges de corruption, sans qu’un seul procès ne soit ouvert contre lui, a donc cédé à la menace de destitution par son parti, l’ANC.

Le feuilleton Zuma dure depuis plusieurs semaines et a tenu les sud africains en haleine. Élu pour  5 ans, Jacob Zuma, deuxième président de l’ANC suspendu a été obligé d’écourter son mandat et quitte la présidence de la république,  « J’ai décidé de démissionner du poste de président de la République avec effet immédiat, même si je suis en désaccord avec la direction de mon organisation », a-t-il déclaré à la télévision sud-africaine, ajoutant « Je dois accepter que mon parti et mes compatriotes veulent me renvoyer ». En vertu de la constitution, Cyril Ramaphosa devient donc président de la République d’Afrique du Sud par intérim.

Cependant, dans l’après-midi de mercredi, M. Zuma avait encore déclaré qu’il ne démissionnera pas, s’estimant traité injustement : « Je n’ai rien fait de mal ! », assurait-il. Entre temps, le parlement se préparait à voter une motion de défiance dont l’issue ne faisait plus de doute.  En Afrique du Sud pourtant, les réactions à la démission de Zuma divergent. Interrogés, certains sud africains  préfèrent retenir que grâce à la présidence Zuma, le nombre de millionnaires a explosé en Afrique du Sud. « Nous sommes trop focalisés sur ses scandales et pas assez sur ses actions positives », a déclaré à RFI un pro Zuma. « En tant que citoyen sud-africain, je me sens abusé. Car nous vivons dans une démocratie et Jacob Zuma a été démocratiquement élu par nous, le peuple sud-africain. Si L’ANC voulait que cela change, il aurait pu demander au peuple, via un référendum !» Un autre sud africainpartagé entre la satisfaction des meilleures chances d’une victoire de l’ANC à la présidentielle de l’an prochain et le regret de la démission forcée de Jacob Zuma dit : «personnellement, sa démission ne me rend pas heureux. Il avait été élu pour cinq ans, il aurait dû aller au terme de sa présidence».

Autre réaction: « Même Cyril Ramaphosa a les mains salies par les scandales,  Il le sait. Tout le monde le sait. Le scandale de Marikana il y a 5 ans. Et ces affaires vont resurgir et le hanter car lorsque vous êtes au pouvoir vous êtes exposé et critiqué. Donc il va être critiqué. Et croyez-moi, il ne va pas rester dix ans au pouvoir car ils continueront à se destituer les uns les autres ».

Cet autre Sud-Africain est plus mesuré: « Ce qui me rend heureux à propos du futur président Cyril Ramaphosa, c’est qu’il ne vient pas d’une grande tribu comme Jacob Zuma qui était Zulu. Il est Venda, une petite minorité et il a grandi à Soweto, donc il peut négocier avec tout le monde ».

C’est maintenant à la justice que Jacob Zuma va devoir rendre des comptes concernant les nombreuses affaires de corruption dont il est accusé.

Leave a Comment

*