Attaques à Ouagadougou : une trentaine de morts

Par Quentin Alfany/Le Monde

Les attaques à Ouagadougou ce vendredi 2 mars ont fait une trentaine de morts. Elles ont visé l’ambassade de France, l’Institut français et l’état major des armées burkinabés. Ce bilan évoqué par l’AFP qui cite des sources sécuritaires françaises, est complété par le gouvernement burkinnabé qui parle de 7 morts parmi les éléments des forces de l’ordre. Huit assaillants ont aussi trouvé la mort et une cinquantaine de blessés est à déplorer. Aucun ressortissant français ne figure parmi les victimes, selon une source diplomatique.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « tentative d’assassinat terroriste », après l’attaque menée par des hommes armés contre l’ambassade de France à Ouagadougou, ce vendredi matin. 

De son côté, l’agence France-Presse fait état d’une « trentaine » de morts, en s’appuyant sur plusieurs sources sécuritaires françaises, mais sans donner de détails sur l’identité des victimes. L’agence fait également état de 85 blessés, en s’appuyant sur des sources des services de santé de Ouagadougou.

Le gouvernement, qui a condamné des « actes lâches et barbares », a invité « les populations à garder le calme et à collaborer avec les forces de défense et de sécurité ». Ces attaques ont un « relent terroriste très fort », a déclaré le ministre burkinabé de l’information, Rémis Fulgance Dandjinou, à la télévision d’Etat RTB.

Les forces spéciales françaises de l’opération « Sabre », basées à Ouagadougou, sont déployées, mais l’état-major français n’a pas précisé si elles avaient participé à des opérations. Des hélicoptères français ont survolé la capitale. En début de soirée, le président français, Emmanuel Macron a souhaité réaffirmer le « plein engagement de la France » au Sahel.

Aucun ressortissant français parmi les victimes

« Tout laisse à penser qu’il s’agit de groupes terroristes », avait déclaré un peu plus tôt le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian sur LCI, rappelant la détermination de la France à « lutter de manière implacable contre ces groupes terroristes qui veulent déstabiliser le Sahel ». Selon son entourage, aucun ressortissant français n’avait été tué ou blessé.

« Une enquête de flagrance a été ouverte pour tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle », a indiqué de son côté le parquet de Paris, compétent car l’attaque a visé des ressortissants et des intérêts français. Les investigations ont été confiées à la Direction générale des services intérieurs (DGSI) et aux policiers de la Sous-direction antiterroriste (SDAT).

Selon une source sécuritaire jointe par la correspondante du Monde, une explosion a retenti sur le parking de l’état-major. « Une ou deux voitures ont probablement explosé », dit-elle. Au même moment, des tirs ont été entendus dans la zone de la primature et de l’ambassade de France. Cette attaque n’a pas encore été revendiquée.

COMMENTS

Leave a Comment

*