Mauritanie : l’opposition marche contre la mal gouvernance du régime de Ould Aziz

Par BAKALA KANE

L’opposition mauritanienne sous la houlette du FNDU va descendre dans la rue les 7 et 10 février prochains à Nouakchott contre le régime de Ould Aziz. Les marcheurs entendent protester contre la hausse des prix des denrées alimentaires, la baisse du pouvoir d’achat, l’insécurité dans la capitale, l’insécurité alimentaire, la déliquescence de l’enseignement et de la santé, la répression des militants de l’opposition et l’emprisonnement des sénateurs journalistes et syndicats.

Une situation qui aggrave aujourd’hui la fracture sociale et met en danger l’unité nationale soulignée par l’opposition dans un communiqué publié cette semaine à Nouakchott.

Le régime de Ould Aziz est à bout de souffle. La fracture sociale s’aggrave d’année en année avec aujourd’hui la flambée des prix de denrée de première nécessité due en partie à la nouvelle monnaie qui n’inspire pas confiance aux mauritaniens surtout aux plus démunis qui ne tirent plus leur épingle du jeu sur le marché dominé par la cupidité des commerçants et des trafiquants de devises. Les fonctionnaires ne sont pas à l’abri et constatent avec amertume la baisse de leur pouvoir d’achat. Le mauritanien ne mange plus à sa faim encore moins à se soigner correctement.

L’unité nationale est menacée par la politique de répression de la communauté Hratine et négro-africaine. Avec un président qui a franchi la ligne rouge en tripatouillant la constitution pour imposer ses réformes. La démocratie est menacée par des atteintes répétées aux libertés publiques et un sabotage de la presse privée.

Dans un communiqué publié cette semaine par le FNDU l’opposition démocratique s’attaque également à l’immobilisme des autorités de Nouakchott face l’insécurité dans la capitale avec le regain du banditisme du viol et d’autres crimes en ce début de la nouvelle année. Ce tableau révélateur de la mal gouvernance du régime de Ould Aziz est dressé par le FNDU qui compte se remobiliser les 7 et 10 février dans la capitale pour ne pas être complice de cette impasse politique et socio-économique qui se traduit par l’accaparement de toutes les richesses du pays par Ould Aziz et ses proches au grand dam de la population qui s’appauvrit davantage.

Tous les feux sont au rouge déplore l’opposition qui pointe la déliquescence de l’éducation .Au delà de ce rassemblement prochain c’est l’unité de l’opposition qui est en jeu et sa capacité de présenter un candidat unique aux présidentielles de 2019.

 

Leave a Comment

*