France : La journaliste Ange Kasongo pour la création d’un Mooc francophone pour former les web journalistes

Par ACTUALITE.CD
Le titre est de RAF

La campagne “Mon idée pour le français” a été lancée vendredi 26 janvier, à Paris par Françoise Nyssen, ministre de la Culture française. C’est une vaste consultation sur la promotion de la langue française initiée par Emmanuel Macron. Quelques membres des pays francophones dont la journaliste congolaise Ange Kasongo avaient envoyé en amont leurs propositions.

Sensibilisée [sur] les « fake news » qui circulent sur internet, la jeune journaliste en formation à l’École Supérieure de Journalisme de Lille a proposé la création des MOOC pour la formation en ligne des web journalistes francophones :

« Mon idée pour que les gens lisent, écoutent les infos LIBRES, c’est de soutenir les médias locaux. C’est important ! En proposant des formations en ligne à la fois pour la vidéo, l’écriture pour le web et le mojo ».

Selon la journaliste, « En Afrique, certains médias sont demandeurs de formation en techniques de vérification des faits (fact Check) même à distance pour leurs journalistes. »

Le Président français Emmanuel Macron dit vouloir « mobiliser les acteurs de la présence française à l’international autour des enjeux linguistiques pour aboutir à la définition de propositions concrètes pour moderniser l’usage du français et promouvoir le plurilinguisme. »

Texte d’Ange Kasongo :

« Dans les pays à plusieurs langues, les fakes-news circulent assez vite ! Et la bonne information joue un rôle majeur. Je me souviens d’une récente polémique sur le nombre de personnes mortes lors d’une manifestation contre le pouvoir à Kinshasa, certains disaient huit morts et les autres deux morts.

C’est tellement compliqué de faire la différence entre les infos et les rumeurs. Et c’est justement pendant ces moments que les médias francophones sont une source d’information considérée comme fiable. Face à ça, c’est important d’avoir des médias libres.

En RDC, il y a RFI, France 24 ou encore TV5 qui jouent ce rôle, mais de plus en plus ces médias locaux comme Actualite.cd, Zoom Eco ou encore Cas-Infos. Et ça, c’est encore plus important !

Parce que ces médias sont portés par des jeunes comme Patient Ligodi, Erick Tshikuma, Israël Mutala et tant d’autres, mais voilà, il manque des moyens matériels et il manque des formations sur les techniques du webjournalisme.

On a besoin de plus de journalistes multimédia et encore qu’ils soient mieux formés. Moi par exemple, quand j’ai étudié à Kinshasa, je n’ai pas appris à filmer et monter pour le web !

Mon idée pour que les gens lisent, écoutent les infos LIBRES, c’est de soutenir les médias locaux. C’est important ! En proposant des formations en ligne à la fois pour la vidéo, l’écriture pour le web et le mojo. Je pense que ce genre de MOOC doit être soit gratuit, soit très peu cher pour toucher la plus grande cible possible. Ca ne résout pas tout, c’est vrai, mais pour les gens, la liberté d’être informé est fondamentale. »

À Kinshasa, l’Association des médias [d’information] en ligne, [MILRDC], milite également pour une presse libre à travers des vidéos et des messages relayés sur les réseaux sociaux. Plusieurs médias congolais partenaires, notamment Zoom Eco, 7 sur 7 [et] cas-infos y participent.

L’objectif de la campagne « Mon idée pour le français », lancée en partenariat avec la Francophonie et l’Institut français, est de recueillir des propositions concrètes pour la promotion de la langue française et du plurilinguisme. Les meilleures idées seront envoyées dans un rapport au Président français. Les auteurs des propositions les plus innovantes seront invités pour présenter leurs idées dans le cadre de la mise en œuvre du plan pour la langue française.

COMMENTS

  • Bwembe itela joyce Joël

    Salut ! Ange kasongo la nôtre tu fais vraiment la fierté de notre chère rdc , je suis tout à fait intéressé par ton initiative de promouvoir la langue française et la formation des journalistes sur web surtout cette hypothèse  » moi quand j’ai étudié à Kinshasa je n’ai pas appris à filmer et monterpour web  » m’a fais vvraiment honte de dire qu’on à été bien formé par ailleurs tous à suivi des divers formation après l’Université pour savoir comment monter et filmé les images ,bref bon vent à toi et chapeau et pleins de succès pour ce que tu penses faire !

Leave a Comment

*