RDC : Le MPCR exige la tenue des élections fin décembre 2017

Par STELLA ABAYA KOMBE

Le Mouvement du Peuple Congolais pour la République (MPCR), un parti membre du Rassemblement Limete (coalition anti-Kabila) a prévenu le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, Corneille Nanga, qu’il exigerait sa démission si jamais il ne parvenait pas à organiser les élections fin décembre 2017. Face au chaos qui se dessine de plus en plus, le MPCR prévient qu’il ne cautionnera pas ce forfait.

Le parti de Jean-Claude Mvuemba accuse le président de la CENI de tenir des discours fallacieux, en violation des principes sacro-saints de séparation du pouvoir entre le gouvernement, le CNSA et la CENI. Sur cette lancée, le MPCR a appelé le pouvoir à revenir aux fondamentaux, afin de sauver le pays en danger. Dans une déclaration publiée dimanche à Kinshasa, la direction politique de ce parti de l’opposition dit non à toute dérive dictatoriale.

Depuis le refus du régime Kabila d’organiser les élections en 2016, le parti de Mvuemba constate que le pays vit dans un climat d’insécurité permanente et généralisée avec des tragédies macabres et criminelles qui affirment l’irresponsabilité de ceux qui prétendent gouverner le pays. Pour Gabin Muke, le directeur du bureau politique du MPCR, la Majorité Présidentielle multiplie des manoeuvres pour se pérenniser au pouvoir, en ne visant que ses intérêts égoïstes, au détriment de toute la nation.

Par ailleurs, le MPCR relève que les massacres et tueries perpétrés au Kasaï, le déplacement des populations, les multiples évasions dans les prisons de la République ainsi que les enlèvements à Kinshasa constituent des arguments utilisés malicieusement par le pouvoir pour justifier la non-tenue des élections. « Ces faits constituent de graves violations des droits fondamentaux et rendent leurs auteurs responsables des crimes contre l’humanité », hurle Gabin Mule qui pense que la dépréciation monétaire, la violation des libertés, les arrestations intempestives, l’instabilité économique, les conflits fonciers et autres justifient l’incapacité du régime Kabila à trouver de solutions appropriées aux problèmes de la RDC.

Face à cette situation, le MPCR rappelle la nécessité de tenir les élections courant 2017, aux termes desquelles le peuple congolais pourra se choisir ses dirigeants légitimes, tout en fustigeant toute manœuvre politique susceptible de retarder la tenue des élections dans le délai conventionnel. Et Gabin Muke d’ajouter : « Nous lançons un appel à tous les congolais qui soutiennent de loin ou de près le combat noble et salvateur de notre formation politique et de l’honorable Jean-Claude Mvuemba, notre Président National, pour l’avenir d’un Congo nouveau, à venir adhérer massivement à notre parti. »

Le MPCR réitère sa détermination à faire respecter toutes les résolutions issues du 2è Conclave du Rassemblement et appelle sa base à s’approprier la feuille de route donnée par le président du Rassemblement, Félix Tshisekedi Tshilombo.

Leave a Comment

*