RDC : Affaire enregistrement de Minaku, « Une manipulation médiatique de mauvais goût » selon Guy Momat

Le microcosme politique RD Congolais a été secoué par la publication la semaine dernière d’un enregistrement sonore d’une réunion de la majorité présidentielle au sujet de la proposition de la nouvelle loi électorale, à laquelle a pris part le président de la CENI (Commission Électorale nationale indépendante). Cet enregistrement rendu public par le magazine Jeune Afrique a suscité diverses réactions, dont celle de Monsieur Guy Momat, analyste politique et membre de la société civile estime qu’il s’agit tout simplement d’une manipulation médiatique orchestrée par Jeune Afrique, qui ne rate jamais une occasion pour verser dans le Congo bashing. 

« Ce changement de la loi électorale ne concerne pas que le PPRD ou la MP. Faisant partie de la commission Juridique et procédures opérationnelles de la tripartite, comme  membre de la société civile, la reforme proposée relève du souci  exprimé par la CENI pour faire face à  certaines contraintes d’ordre technique dues au nombre exagéré des partis politiques sans grandes assises populaires dans notre pays. Ceci nous a été expliqué aussi bien par le Président de la CENI que par le   rapporteur de cette institution au cours  de ces assises.  A cet effet, la CENI, s’était engagée à convaincre les acteurs politiques sur la nécessité de procéder au regroupement des petits  partis politiques ayant la même idéologie,  dans des mégas partis politiques pour faciliter le travail de cet organe technique en charge des élections. C’est dans ce cadre qu’il faut situer les rencontres entre le Président de la CENI, le PPRD et l’opposition,  sur cette question. En d’autres termes,  cette initiative vient  de la CENI et non des partis politiques.

Il s’agit bel et bien des consultations directes initiées  par la  CENI avec la classe politique congolaise, toutes tendances confondues, en vue de fournir les  explications adéquates, sur les aspects techniques liés à la loi électorale dont le projet a été déposé par elle,  à la chambre basse du Parlement. Il vous souviendra que l’adoption de cette loi électorale par le parlement congolais, fait partie des contraintes évoquées par cette institution d’appui a la démocratie, lors de la publication du calendrier électoral le 5 Novembre dernier. On pourrait donc dire qu’il s’agit en quelque sorte d’un plaidoyer de l’autorité électorale  auprès des élus du peuple,  avant les discussions en plénière,  consacrées a cette nouvelle loi électorale,  par l’organe législatif. A mon sens, il s’agit d’une démarche qui vise à obtenir l’adoption  de cette nouvelle loi électorale dans le délai, tel que prévu dans le calendrier électoral, en vue de la tenue des élections a la date prévue « .

COMMENTS

Leave a Comment

*